L'ESSENTIEL À CONNAÎTRE
SUR LES VIOLENCES CONJUGALES

POURQUOI INTERVENIR ?
COMMENT INTERVENIR ?
→ BOÎTE À OUTILS
LES PIÈGES À ÉVITER






Fréquence / POURQUOI INTERVENIR ? / Conséquences / Tabou / Rôle du MG


UN PROBLÈME
DE SANTÉ PUBLIQUE
SOUS ESTIMÉ


Dans nos salles d'attente, 3 à 4 femmes sur 10 peuvent être victimes de violences conjugales.

En France, une femme sur 10 a été victime de violences conjugales dans les 12 derniers mois.

Une femme meurt tous les 2,7 jours, victimes de son conjoint, en France

Pour en savoir plus


Ces violences sont fréquentes. Elles concernent les patientes qui viennent nous consulter dans nos cabinets de médecine générale jour après jour.


Dans nos salles d'attente, 3 à 4 femmes
sur 10 peuvent être victimes de violences conjugales

Pourtant, les médecins généralistes déclarent voir seulement 2 cas par an...

En France, les études de prévalence réalisées en consultation de médecine générale sont rares et de faible envergure. Néanmoins, les travaux de thèse de Bolot et Dechenaud ont retrouvé respectivement 28,9% et 44% de femmes ayant subi des violences de couple (tous types confondus) en consultation de médecine générale. Dans l'étude de Dechenaud, chaque médecin a rencontré au moins un cas de violences actuelles sur une durée d'une à deux semaines. Le problème de violences était connu du médecin dans moins d'un cas sur 3.

Dans les pays occidentaux (Canada, USA, Angleterre, Australie, Irlande), la prévalence des violences conjugales chez les patientes consultant un médecin généraliste varie entre 23% et 55% sur une vie entière, et entre 8 et 20% dans les douze mois ayant précédé la consultation.



En France, une femme sur 10 a été victime de violences conjugales dans les 12 derniers mois

Ce sont les résultats d'une étude de grande ampleur publiée en 2000 appelée ENVEFF (Enquête Nationale sur les Violences Envers les Femmes en France). Elle montre également que les atteintes psychologiques sont les plus courantes (22,3 %), suivies par les insultes et menaces verbales (4,2 %), puis les agressions physiques (2,1 %) et sexuelles (0,8 %).

Seulement 15% des femmes portent plainte parmi celles qui subissent des violences physiques et/ou sexuelles par leur conjoint. 23% d'entre elles ont vu un médecin après l'acte violent.



Une femme meurt tous les 2,7 jours, victimes de son conjoint, en France

Les chiffres de l'étude nationale sur les morts violentes au sein du couple en 2014 montrent que :

134 femmes sont décédées suite à des violences conjugales.

35 enfants ont été tués dans le cadre de violence au sein du couple parental.

25 enfants étaient présents sur la scène du crime ou au domicile.

31 hommes ont été victimes d'homicides conjugaux dont au moins 5 auteurs de violences.

60 auteurs de violence se sont suicidés dans le cadre de ces homicides conjugaux.




Pour en savoir plus :

Ailleurs dans le monde, la prévalence des violences conjugales

En Europe de l'Ouest, 19,3% des femmes ont déjà subi des violences physiques et/ou sexuelles dans leur couple. Elles sont 27,8% en Europe Centrale et 26,1% en Europe de l'Est. Dans les pays considérés à « hauts revenus » par l'OMS, elles sont 23,2%.

En Europe, 32% des femmes sont victimes de violences psychologiques par leur conjoint.

Dans le monde, 30% des femmes ont déjà subi des violences physiques et/ou sexuelles par leur partenaire. Dans les 12 derniers mois précédant l'enquête de l'OMS, 3 à 52% des femmes avaient subi une agression physique par leur partenaire, selon les pays.

Un coût économique important pour la société française

En 2014, le coût global des violences au sein du couple s'élève à 3,6 milliards d'euros.

 




Voir la Bibliographie





Telecharger l'article au format .pdf

< RETOUR
AU PLAN


CONTINUER >
VERS CONSÉQUENCES