Declic Violence

AIDE À LA PRISE EN CHARGE DES VIOLENCES CONJUGALES ENVERS LES FEMMES EN MÉDECINE GÉNÉRALE

Les auteurs de violence

La problématique des violences conjugales est également abordée en terme de prise en charge des auteurs, depuis quelques années en France. Pour que ces violences diminuent, l'évolution de la législation, l'accueil, l'accompagnement et la protection des victimes ainsi que la prise en charge des auteurs de violences sont des approches complémentaires ; sans oublier la prévention primaire par l'éducation et l'évolution sociétale des rôles sexués* dans le couple.

* La théorie des rôles sexués consiste à attribuer à une personne des fonctions et des rôles dans la société déterminés par son sexe. Traditionnellement, elle assigne la femme à des responsabilités domestiques et aux soins des enfants, et l'homme à des affaires économiques et politiques.

EN BREF

Un auteur de violences conjugales consulte rarement spontanément pour ce problème. S'il le fait, ça sera plutôt dans un contexte de séparation ou de révélation des violences par la victime.

Si l'occasion se présente, les approches précédemment décrites permettent de répondre à la demande de soins d'un auteur de violence de manière plus adaptée puis d'orienter le patient vers des ressources spécialisées (soutien psychologique, associations spécialisées qui ne sont malheureusement pas présentes sur tout le territoire...)

Une meilleure compréhension de la psychologie des auteurs est également un outil pour mieux accompagner les victimes de violences.

    Ces explications ne servent pas à stigmatiser ou à déresponsabiliser les auteurs de violence. Il s'agit d'une lecture sociologique, psychologique et criminologique des comportements violents des conjoints.

    Le regard sociologique

    Il s'agit du modèle de l'homme dominant et de la vision des rôles sexués encore diffusés dans notre société, qui peuvent avoir une influence sur les rapports homme/femme, quels que soient la culture et le milieu socio-économique.

    Le regard psychologique

    * L'environnement familial :

    L'apprentissage social de la violence: la violence peut être vécue comme un mode relationnel chez l'enfant qui grandit dans une famille violente.

    La maltraitance vécue dans l'enfance génère des sentiments de dévalorisation, d'humiliation, de frustration, de colère et peut constituer un psychotraumatisme.

    * Des traits de personnalités en commun :

    Ces traits de personnalité se combinent différemment selon les individus et ne sont pas figés dans le temps.

    • L'égocentrisme se définit par un surinvestissement du Moi résultant d'une faille dans la construction narcissique et masquant une faible estime de soi. Il existe une forme paranoïaque (méfiance, psychorigidité, tendance à l'interprétation) et une forme perverse, communément appelée "pervers narcissique", forme extrême de l'égocentrisme (susceptibilité, indifférence envers le conjoint qui n'existe pas en tant que personne éprouvant émotions et sentiments, mais comme cible d'agressions continues aussi sournoises que destructrices).
    • L'immaturité se caractérise par une faible estime de soi, une intolérance à la frustration, une incapacité à établir une relation de confiance réciproque fondée sur la parole et l'écoute.
    • L'impulsivité se manifeste par une irritabilité, une tendance aux réactions incontrôlables.
    • La rigidité est représentée par un système de pensée binaire, une faible capacité d'adaptation, un besoin de contrôle qui une fois assouvi procure un sentiment de réassurance.
    • Les compétences relationnelles déficientes se révèlent par un manque d'empathie, un défaut de réponse émotionnelle, des difficultés de verbalisation, une négation de la parole de l'autre.
    • La dépendance, l'angoisse d'abandon.
    • L'aspect cyclothymique est défini comme une fluctuation de l'humeur a minima (périodes empruntes de doutes, d'inquiétudes et d'anxiété alternant avec périodes marquées par un sentiment de toute puissance).

      Dans la majorité des cas, il ne s'agit pas de pathologies psychiatriques à proprement parler. Lorsque certains de ces traits de personnalité sont surexprimés, on parle de troubles de personnalité. Ces troubles ne déresponsabilisent pas les auteurs de leurs actes. Un assouplissement du fonctionnement est possible et permet aux sujets d'agir autrement s'ils le souhaitent.

      Selon les personnalités, la violence est plutôt impulsive ou instrumentale.

      • Psychopathologie de la relation :

        La relation est souvent basée sur un mode fusionnel (confusion entre amour et possession), l'égocentrisme, une tendance à l'emprise et la négation de l'autre. Le sujet égocentrique exerce sa domination sur l'autre pour répondre à ses désirs et compenser ses dysfonctionnements internes.

      • Symptômes associés

        Ces comportements violents peuvent être associés à des abus de substance (alcool, substances psycho-actives) et des désordres psychologiques (dépression, anxiété, Syndrome de stress post traumatique, troubles de la personnalité).

    Le regard criminologique

    Il s'agit d'une analyse du discours du sujet violent sur les faits de violence qui lui sont reprochés : son rapport aux faits, son rapport à la responsabilité vis à vis des faits, son vécu émotionnel du passage à l'acte, son appréhension du retentissement psychologique sur la victime, son rapport à la loi.

    L'approche mêlant sociologie, psychologie et criminologie permet de dresser des profils d'auteurs différents. Le risque de récidive et la prise en charge thérapeutique différent selon le profil.

    La prise en charge est bien souvent liée à un parcours judiciaire de l'auteur, la thérapie étant une démarche rarement entreprise spontanément par ces derniers. Des intervenants spécialisés (psychologue, psychiatres...) s'orienteront vers une thérapie individuelle ou de groupe suivant les cas. Les structures spécialisées dans ce type de prise en charge ne sont actuellement pas présentes sur tout le territoire français. (FNACAV, Fédération Nationale des Associations et des Centres de prise en charge des Auteurs de Violence)